Actualitésagro-business
A la Une

Financement agricole : La CAPEF du Cameroun à l’école du FNDA

Le directeur général du Fonds national de développement agricole (FNDA) Valère Houssou, a reçu vendredi 15 juillet dernier, une délégation de la Chambre d’agriculture, des pêches, de l’élevage et des forêts du Cameroun (CAPEF), conduite par son président, Martin Paul Mindjos Momeny.

L’objectif de cette visite de travail est de s’enquérir d’une part, du fonctionnement du FNDA afin de s’en inspirer pour mettre également sur pied au Cameroun un dispositif de financement des projets agricoles, et d’autre part, d’échanger les expériences.

Accompagné, pour l’occasion, du représentant régional du Fonds africain de garantie et de coopération économique (FAGACE) pour la zone CEMAC, Yacoubou Abdoulaye Alphaorou, cette visite a permis à la délégation d’avoir les informations nécessaires pouvant les aider à créer un dispositif de financement agricole. « Beaucoup de choses se font au Bénin et au Cameroun, mais les uns et les autres ne sont pas suffisamment informés de ce qui se fait chez le voisin. Donc on s’est dit qu’il fallait qu’on profite de la présence de la délégation de la CAPEF pour prendre attache avec vous, échanger avec le FNDA pour voir son expérience et partager également l’expérience de la CAPEF, afin qu’on puisse voir comment travailler ensemble pour atteindre des objectifs», a fait savoir le représentant du FAGACE.

Présentant le cadre dans lequel le FNDA évolue, le Dg Valère Houssou, a précisé que le FNDA est l’instrument public unique, créé par l’Etat Béninois pour adresser l’ensemble des grandes problématiques de financement du secteur agricole, notamment la question de l’investissement structurant, le financement des services non financiers et le financement de l’exploitation.

Les échanges se sont focalisés également sur les pôles de développement agricoles et les agences territoriales de développement agricole (ATDA), que le directeur général a pris soin d’expliquer à la délégation camerounaise. Valère Houssou, a fait savoir, qu’à l’avènement du gouvernement du président Patrice Talon, il y a une réforme dans le secteur agricole qui a divisé le pays en sept pôles de développement agricoles en fonction des potentialités à exploiter dans chaque zone. Aussi, chaque pôle est administré par une agence autonome avec son conseil d’administration. « Les ATDA ont la mission de promouvoir et de développer les filières locomotives de leurs pôles respectifs. Apres le travail fait par les ATDA, le FNDA vient couvrir le tout en octroyant le financement. Nous ne pouvons pas parler de promotion et développement des filières sans parler de financement. C’est ainsi que le FNDA travaille en parfaite liaison avec chacune de ces agences », a souligné le Dg.

Abondant dans le même sens que le Dg FNDA, le directeur des opérations du FNDA Franck Baropa a renchéri que ce sont les volets techniques qui ont été confiés aux ATDA et le volet financement est pris en compte par le FNDA. Il est revenu sur les trois guichets du FNDA que sont le guichet 1 « Accès aux financements de projets structurants d’investissements agricoles », le guichet 2 « Accès aux Services Non Financiers » ; et le guichet 3 « Accès aux Services Financiers ».

Le guichet 1, a-t-il expliqué, permet de mettre en place des mécanismes financiers adéquats pour faciliter un accès permanent au financement de projets d’investissements portés par les exploitants et/ou entrepreneurs agricoles privés ou autres promoteurs publics porteurs de projets d’investissements structurants d’intérêt général et intervenant dans les différents maillons des chaînes de valeurs ajoutées.

Le guichet 2, quant à lui, permet de soutenir, sous forme de subventions, l’accès des promoteurs/entrepreneurs agricoles intervenant dans la chaîne des valeurs des filières agricoles et de leurs organisations aux services non financiers de recherche, d’appui-conseil, de formation, de renforcement de capacités, d’appui institutionnel et d’assistance technique, et le guichet 3 permet aux promoteurs/entrepreneurs agricoles d’accéder, auprès des banques et des institutions de microfinance, à des crédits aux conditions adaptées aux besoins et aux contraintes spécifiques du secteur agricole. Ce guichet, a affirmé le directeur des opérations, regroupe le fonds de garantie interbancaire pour le refinancement entre institutions financières, le fonds de garantie pour l’accès des promoteurs/entrepreneurs aux crédits et le fonds de facilitation et de bonification de taux d’intérêt.

Sorti satisfait de cette séance de travail, le président Martin Paul Mindjos Momeny de la CAPEF, a fait savoir que sa délégation est à la recherche de solutions africaines. « Nous pensons que nos pays ont développé beaucoup de solutions, notamment dans le domaine du financement agricole. Nous sommes venus regarder ce que le FNDA du Bénin fait parce que nous avons aussi au niveau de la CAPEF le projet de concevoir un dispositif de financement », a-t-il déclaré tout en précisant que le Bénin a innové dans le cadre de la recherche de financement agricole au niveau des banques pour chercher des solutions de financement agricole. « Nous pensons que c’est un bon modèle qu’il convient pour la plupart de nos pays de copier », a félicité le président de la CAPEF, en exprimant son satisfecit et sa reconnaissance à l’endroit du DG FNDA qui a accepté partager les expériences du FNDA avec sa délégation.

Pfcom/Fnda

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
%d blogueurs aiment cette page :

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité