Actualités
A la Une

Bénin : Le nouveau Dr Florent Arèmou Houégbénou propose la co-construction du savoir comme modèle idéal de conseil agricole aux OPA

Alors que la stratégie nationale de conseil agricole [qui préconise la transmission de l’information des relais de conseil agricole vers les sociétés coopératives , Scop] présente ses limites, le nouveau docteur en Sciences de gestion, Florent Arèmou Houégbénou a découvert une approche basée sur la co-construction du savoir. Dans la thèse que ce dernier a défendue ce lundi 23 mai 2022 à l’École doctorale des Sciences Economiques et de Gestion de l’Université d’Abomey-Calavi, il suggère des solutions qui pourraient résoudre les problèmes de méfiance, de défiance et d’asymétrie d’information au sein des sociétés coopératives béninoises afin d’améliorer leurs performances.

« Influence des mécanismes de gouvernance sur la relation entre l’apprentissage organisationnel et la performance des sociétés coopératives agricoles béninoises », c’est le thème autour duquel Florent Arèmou  Houégbénou a mené les recherches qui lui valent désormais son titre de Docteur en Sciences de Gestion. Face à un jury international présidé par Pr Augustin Anasse Adja Anasse de l’Université Alassane Dramane Ouattara de la Cote d’Ivoire, l’impétrant a révélé que le mécanisme de conseil agricole tel qu’il se présente actuellement au Bénin engendre des crises au sein des Scop agricoles.

En effet, le renforcement des capacités des sociétés coopératives en matière de gestion et d’itinéraire technique de production est assuré par des relais pour le conseil agricole. Ce modèle d’apprentissage organisationnel qui consiste en un partage du savoir de façon verticale est mis en œuvre par les Agences Territoriaux de Développement Agricole (Atda) et la Fédération des Unions de Producteurs (Fupro) à travers les apprentissages progressifs. Bien que cette option favorise l’assimilation des connaissances agricoles, elle a montré ses limites auprès des principaux bénéficiaires que sont les Scops et leurs membres. « Malgré toutes ces activités [que mènent les Atda et la Fupro], nous avons constaté qu’il y a toujours un sentiment de méfiance, de défiance et de rétention d’information qui s’observe », déclare Dr Florent Arèmou Houégbénou. A l’en croire, ces crises trouvent leur fondement dans le conflit entre les savoirs transmis par les relais et les savoirs antérieurs que ces agriculteurs ont acquis grâce à l’expérience de leur métier. Ce qui affecte considérablement leur performance managériale et les rendements agricoles.

Dr Florent Arèmou Houégbénou au milieu des membres de son jury.

La co-construction du savoir, un modèle idéal d’apprentissage organisationnel

Dans sa thèse dirigée par Pr  Baï Judith Monique Glidja, Professeur Titulaire en Sciences de gestion à l’Université d’Abomey Calavi du Bénin, Dr Florent Arèmou Houégbénou a révélé que l’hostilité que ces sociétés coopératives agricoles affirment se justifie par la disparité entre le savoir transmis et les connaissances antérieurs de ces Scop en termes de production et de gestion. En fait, ceux-ci estiment que l’élaboration de ces programmes de conseil de même que leur mise en œuvre ne sont pas inclusifs et adaptés au contexte rural. Ainsi, pour pallier ces insuffisances qui ralentissent le développement des entreprises rurales, l’impétrant propose une approche plutôt horizontale qui positionne les Scop comme les principaux acteurs de la mise en œuvre du conseil agricole dans leur milieu. Il estime que la confiance et la gouvernance contractuelle constituent nécessairement le sous-bassement de cette approche. « Désormais, il faut les associer à la décision, aux itinéraires techniques de production, les méthodes managériales. Cela impacte rapidement les performances des entreprises agricoles. » explique Dr Houégbénou.

Cette nouvelle approche déjà expérimentée au cours des travaux de recherche avec deux cents groupements de producteurs a révélé que les agriculteurs détiennent des connaissances intéressantes pour booster leur performance. Toutefois, sa mise œuvre nécessite une méthodologie précise. «  Nous allons mettre en place un modèle de la co-construction du savoir. C’est une caractéristique de la solidarité africaine, mais qui était entre temps oubliée. Nous allons aussi mettre en place un réseau d’acteurs et de partage de connaissance » annonce Dr Houégbénou.

Ainsi, après avoir brillamment soutenu sa thèse, Florent Arèmou Houégbénou reçoit la mention « Très honorable » avec les félicitations du jury. Un résultat qu’il mérite bien selon sa directrice de thèse. « Le jury a beaucoup apprécié et d’un point de vue théorique, pratique et méthodologique il a eu des apports intéressants. Scientifiquement, c’est une belle thèse qu’il a soutenue », témoigne Pr  Baï Judith Monique Glidja

Dr Florent Arèmou Houégbénou, nouveau docteur en Sciences de gestion

Qui est le nouveau Dr Florent Arèmou Houégbénou ?

Dr Florent Arèmou Houégbénou est originaire de la commune de Ifangni où il a fait ses études primaires et secondaires du 1er cycle. Il poursuit ses études au Lycée Technique Commercial de Porto-Novo où il décroche successivement son Certificat d’Aptitude Professionnelle en Comptabilité et son baccalauréat série G2 avec la mention Assez bien. Il fait son entrée à l’Université d’Abomey Calavi en 2006 à la Faculté de Droit et de Sciences Politiques. Il va renoncer à sa formation en droit pour la faculté des Sciences Economiques et de Gestion (FASEG). Au bout de quatre années d’étude, Dr Houégbénou obtient son diplôme de Maîtrise en Sciences de Gestion, option de Management des Organisations en 2010.

Pendant qu’il enseignait les mathématiques et la comptabilité dans les lycées et collèges, Houégbénou Arèmou Florent est admis en troisième cycle de l’Ecole Doctorale des Sciences Economiques et de Gestion de l’UAC où il obtient respectivement en 2015 et 2017 le Diplôme d’Études supérieures spécialisées en Gestion des projets et Développement local et le Diplôme d’Études Approfondies en Finance et Contrôle de Gestion. Il est ensuite admis en thèse de doctorat en 2019 sous la direction de Pr Baï Judith Monique Glidja. À ce titre, il a suivi les cours de méthodologie de rédaction d’articles scientifiques et de thèse au sein du Laboratoire de Recherche en Gouvernance des Organisations. Il est co-auteur avec sa directrice de thèse de deux articles tirés de sa thèse et publiés respectivement dans les annales des Sciences de gestion de l’UAC et dans la revue Alternatives Managériales et Economiques.

Sur le plan professionnel, Houégbénou Arèmou Florent a été consultant du Centre International du Développement des Engrais sur le programme Approche Communale pour le marché agricole (ACMA 2) dans le cadre de l’appui-conseil de proximité aux sociétés coopératives agricoles dans la commune de Kétou au Bénin. Spécialiste en gouvernance des sociétés coopératives agricoles et en gestion comptable des projets du monde rural, il intervient aujourd’hui sur le Projet de Sédentarisation des Troupeaux de Ruminants au Bénin en tant que comptable de projet.

De toute évidence, son parcours de spécialiste de la gestion et du management des organisations paysannes restent un véritable atout pour le secteur agricole au Bénin et dans la sous-région.

Méchac AWOKOLOITO

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
%d blogueurs aiment cette page :

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité