ACMA2Actualités

ACMA 2 : Plus de 11.000 producteurs formés aux bonnes pratiques d’intensification agricole

Les Structures d’appui à l’entrepreneuriat (SAE) partenaires du programme Approche communale pour le Marché Agricole phase 2 ainsi que les acteurs de mis en œuvre dudit programme sont réunis en atelier depuis hier à Bohicon. Ceux-ci font le bilan de mise en œuvre des champs pédagogiques de démonstration (Cpd), de l’appui spécial à l’intensification agricole (Asia) et du mécanisme d’accès aux intrants pour le compte de l’année 2020.

Dans sa dynamique d’amélioration des conditions de vie et de l’accroissement des revenus des producteurs, un éventail d’activités de capacitation des acteurs économiques agricoles a été initié par le programme Acma 2. La rencontre de Bohicon vise prioritairement à capitaliser les acquis de la mise en œuvre de ces Champs Pédagogiques de Démonstration, de l’Appui Spécial à l’Intensification Agricole et du mécanisme d’accès aux intrants.

L’année 2020 a été marquée par plusieurs évènements qui ont impacté considérablement les interventions des différentes parties prenantes à ces activités. Mais cela n’a pas émoussé les ardeurs des uns et des autres qui étaient tous motivés par la quête de meilleurs rendements par les bénéficiaires. En effet, les SAE constituées essentiellement des Ong ASPAIF, UNPS, ABS et ANAF ont selon leur cahier de charges, exécutées des formations sur les Champs Pédagogiques de Démonstrations mis en place par le programme. Au détour des comptes, plus de onze mille bénéficiaires directs et indirects ont été outillés sur les bonnes pratiques de productions des denrées agricoles issues des spéculations promues (maïs, soja, piment, arachide, huile de palme… et du poisson. Aussi, grâce aux facilités de l’ASIA et du mécanisme d’accès aux intrants, les rendements se sont accrus avec une un taux moyen de 10% selon les spéculations.

Ces prouesses sont à l’actif des acteurs de mise en œuvre du programme et de leur partenaire qui ont su identifier la bonne formule afin d’inculquer aux bénéficiaires les bonnes pratiques culturales. Il s’agit notamment du suivi rapproché et individuel des producteurs, la facilitation de l’accès au crédit intrant, la construction d’Infrastructures économiques et marchandes, l’approche de partage de connaissance d’agriculteurs à agricultures, etc. Ces avancées démontrent à suffisance l’efficacité de ces approches qui doivent servir de cas d’école pour le secteur agricole béninois.

Méchac AWOKOLOÏTO

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité
%d blogueurs aiment cette page :