ActualitésEnvironnement

Maïs : le Projet SPODOBEN-PFCRIII/UAC confirme l’efficacité du Palmida contre la chenille

Les acteurs de la recherche agricole de la Faculté des Sciences Agronomiques, de la Facultés des Sciences et Technique de l’Université d’Abomey-Calavi et de l’Institut Nationale de Recherche Agricole (Inrab) étaient réunis ce mercredi 21 juillet à l’amphi Idriss Deby Itno pour un atelier de partage de résultats d’études sur la Chenille Légionnaire d’Automne (CLA). Cette rencontre fait suite à l’exécution du Projet SPODOBEN – PFCRIII/UAC coordonnée par Dr Adam Ahanchédé et qui a révélé des solutions écologiques efficaces contre la CLA.

De son nom scientifique Spodetera Frugiperda, la Chenille Légionnaire d’Autonome a fait son apparition au Bénin en 2016. Avec plus de 192 milliards de pertes occasionnées et 450 000 hectares de maïs détruits, ce redoutable ravageur contrarie les producteurs essoufflés face à l’inefficacité des pesticides. Prenant la mesure des dégâts économiques, Dr Adam Ahanchédé Directeur du Centre interfacultaire de Recherche en Environnement pour le Développement durable (CIRED) en collaboration avec Dr Norliette Zossou Kouderin a soumis le projet Spodoben – PfcrIII/Uac afin de développer des stratégies durables de gestion de la CLA.

Les participants à l’atelier de partage de des résultats du projet PRODOBEN– PFCRIII/UAC

Financé à hauteur de 61 185 800 francs CFA, ce projet a permis de révéler l’efficacité des pesticides naturels et écologiques. « Le premier résultat c’est qu’on a décelé que notre savon Palmida peut être utilisé comme insecticide contre ce ravageur-là […] même quand vous prenez d’autres savons vous n’avez pas le même résultat. » a expliqué Dr Adam Ahouanchédé. Celui-ci souligne par ailleurs que le pesticide dénommé « Emacot » utilisé habituellement par les producteurs s’est avéré efficace dans la lutte contre la CLA, de même que certaines plantes comme les nématodes et les champignons.

Avec cette avancée majeure dans la recherche, les experts restent optimistes que les producteurs de maïs pourront désormais mieux faire face à l’invasion de la CLA qui détruit les cultures depuis cinq ans maintenant au Bénin. A cet effet, ils entendent promouvoir l’approche de vulgarisation farmer to farmer, qui consiste au partage d’expériences entre les agriculteurs pour adopter les techniques d’utilisation de ces solutions innovantes.

Méchac AWOKOLOÏTO

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité
%d blogueurs aiment cette page :