ActualitésAfriqueagro-business

Kenya : L’exécutif taxe le sac de 90kg de blé de 34 dollars

Bien qu’elle importe environ 80% de ses besoins en blés, la République du Kenya fait face à une insuffisance accrue en cette céréale. Pour des récoltes estimées à 300 000 tonnes par an, cette filière connait peu d’engouement en comparaison aux autres cultures. En deuxième position des céréales les plus cultivées après le maïs, le blé a toutefois connu une forte croissance durant ces dernières années. C’est donc pour stimuler cette croissance de rendement que le gouvernement kenyan a ordonné aux meuniers de taxer de 3 700 shillings, soit 34 $ pour un sac de 90 kg de blé vendu.

Contrairement au montant prévu pour la demande initiale des acteurs de la filière fixée à 4 000 shillings, ce tarif demeure supérieur au montant fixé par les industriels (3 000 shillings). En plus d’assurer une meilleure couverture des coûts de production qui varient entre 2000 et 2500 shillings, cette taxe permettra à ces exploitants de réaliser un écoulement plus facile de leurs produits et de présenter un profil responsable.

Par ailleurs, les achats de blé sont estimés entre 3100 et 3500 shilling pour un sac de 90 kg. Un montant qui parait plus accessible en raison des droits de douane appliqués pour les achats vers la communauté est-africaine et qui prend en compte 10% du prix d’achat. Face donc à un besoin de 2,5 000 000 tonnes, la production moyenne de 300 000 tonnes par an reste insuffisante pour assurer les besoins de consommation. Il s’agit, selon le gouvernement, d’une mesure qui assurerait une redynamisation progressive de la filière dans le pays.

Jocelyne KOUKPOLIYI

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité
%d blogueurs aiment cette page :