ActualitésAfriqueagro-business

ICRISAT : Le Burkina Faso adopte la variété hybride de mil Nafagnon

Développé au Niger par le programme de sélection du mil de l’ICRISAT pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre et l’Institut de l’environnement et de recherches agricoles (INERA), l’hybride de mil dénommé Nafagnon issu d’un monocroisement a été homologué au Burkina Faso.  Avec sa résistance et un taux de productivité supérieur de 45% en comparaison à la variété populaire Masari-1, ce nouveau mil pourra désormais s’utiliser à des fins commerciales sur le territoire burkinabè. Rendement élevé, résistant au mildiou et adapté à la consommation humaine et au fourrage, tels sont les caractéristiques qui justifient l’intérêt de l’hybride de mil qui a pour nom scientifique Hybrid (ICMH) 147007 ou mil bénéfique en langue Bamanankan.  Soumis au Comité national des semences du Burkina Faso, il est inscrit dans le catalogue national des semences, autorisant sa culture au Burkina Faso.  Cette nouvelle variété mise au point par le programme de sélection de mil de l’Icrisat et INERA mûrit en 85 jours au plus avec un potentiel de rendement de plus 3 tonnes par hectare. Nafagnon jouit d’une maturité précoce qui l’aide à surmonter le stress de la sécheresse terminale. Sa résistance au mildiou, une maladie du mil, lui donne une longueur d’avance sur la variété la plus connue de cette céréale, notamment le Masari-1.   Tel que l’a souligné Dr Issoufou Kapran, spécialiste des systèmes semenciers à l’ICRISAT-Mali, cette nouvelle variété était véritablement attendue. Salvateur pour bien de personnes, il est le fruit de longues recherches et de l’implication de plus de  500 agriculteurs et trois sociétés semencières à savoir NAFASO, FAGRI et EPAM . “Les premiers mils hybrides testés en Afrique de l’Ouest et du Centre (AOC) ont été sélectionnés en Inde. Malheureusement, ils mûrissaient trop tôt et étaient sensibles au mildiou. Tirant les leçons de ces évaluations, ICMH 147007 a été développé, évalué et sélectionné dans la région ouest-africaine”, a déclaré Dr Gangashetty, sélectionneur de mil basé au Niger pour l’ICRISAT en AOC.  À l’issu des différents tests auxquels il a été soumis, l’hybride de mil Nafagnon a séduit les agriculteurs et les utilisateurs finaux au Burkina Faso. Et pour cause, ceux-ci étaient obligés d’abandonner  l’une des cultures les mieux adaptées pour le climat agroécologie difficile du Sahel en raison du faible rendement des variétés de mil par rapport aux autres céréales. À en croire Dr Inoussa Drabo, sélectionneur de mil à l’INERA, Nafagnon est bien adapté aux conditions environnementales ouest-africaines. Suite à son approbation au Burkina Faso, Nafagnon sera prochainement intégré dans le catalogue de semences de la CEDEAO, ce qui actera sa vulgarisation dans tous les pays membres de la communauté.   Notons que l’Icrisat est une organisation internationale de recherche agricole à but non lucratif qui travaille en Afrique subsaharienne et en Asie avec un large éventail de partenaires pour améliorer la sécurité alimentaire, nutritionnelle et les revenus des petits exploitants agricoles. Méchac AWOKOLOïTO
Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité
%d blogueurs aiment cette page :