ACMA2Actualités
A la Une

ACMA 2 : Les transformatrices des PEA manioc orientées vers l’adoption du biogaz

Le Programme Approche Communale pour le Marché Agricole Phase 2 (ACMA 2) veut faciliter la transition des transformatrices de manioc vers l’utilisation du gaz naturel dans la fabrication des dérivés du manioc. A cet effet, une dizaine de femmes bénéficiaires ont été invités à participer à une visite des installations de bios digesteurs de l’ONG Afrique Espérance dans la commune de Zè, du 14 au 15 juin 2022.

En finir avec les effets négatifs sur la santé et sur l’environnement de l’utilisation du bois de chauffe sur les sites de transformation du manioc, c’est la belle perspective qu’envisagent les femmes transformatrices des Pôles d’Entreprise Agricole (PEA) du Manioc issus des quatre départements d’intervention du programme Acma 2. S’inscrivant dans le cadre du projet de valorisation des déchets organiques pour l’augmentation des revenus des groupements transformateurs de manioc, la visite initiée par le programme au profit de ces femmes a consisté à créer un creuset d’échange avec leurs homologues de Zê afin de comprendre comment transformer les déchets de manioc en biogaz comme source d’énergie alternative pour le feu dans les unités de transformation. « Nous voudrions que les femmes transformatrices de manioc dans les localités de Ouèssè, Savalou, Ouinhi, Adja-Ouèrè qui ont des déchets liés aux unités de transformations puissent apprendre comment installer des bios digesteurs », justifie Alexis Ntamavukiru, chef adjoint du programme ACMA 2.

La délégation de ACMA 2 et de l’Ong Afrique Espérance à la découverte des installation du bio digesteur des transformatrices de manioc de Zè

Une source d’énergie écologique et gratuite pour les transformatrices de manioc

Selon une estimation des acteurs du programme, il faut environ deux véhicules bâchés de bois (équivalent de deux arbres), pour produire 3,2 t de gari. La quête de cette ressource indispensable provoque la coupe massive des arbres, la disparition progressive des forets, la raréfaction des pluies et les faibles rendements dans l’agriculture pluviale. Dans un contexte marqué par la nécessité de renouveler le couvert végétal, l’utilisation de cette installation comme source d’énergie s’illustre comme une alternative meilleure au bois.

Le dispositif du bio digesteur décompose les déchets organiques générés par la transformation du manioc (épluchures de manioc, aux usées, amidon inutile, etc.) pour générer d’une part du biogaz, utilisé pour alimenter les foyers et les générateurs d’électricité, et d’autre part des effluents pour la fertilisation des sols. « Il leur permet de recycler les déchets utilisés. Elles pourront facilement produire du gaz naturel ainsi que de l’engrais liquide pour permettre la fertilisation des plantes » explique Alexis Ntamavukiru. Une solution plutôt efficiente dans la transformation du gari.

Une femme utilise le bio digesteur pour cuir du gari

Un véritable atout pour les femmes transformatrices de manioc

Au total une dizaine de femmes ont effectué la visite des installations de l’Ong Afrique Espérance dans la localité de Zè. Selon Obadimedji Wabi, superviseur du programme ACMA 2 dans la zone Plateau, ces femmes trouvent désormais une solution pour réduire l’impact environnemental et sanitaire de leurs activités. « Cette visite d’échange nous a permis d’apprendre comment utiliser le biogaz fait à base des rejets de manioc afin de ne pas aggraver les effets du changement climatiques qui s’observe actuellement. Cela nous mettra à l’abri des maux d’yeux auxquels nous sommes souvent confrontés à cause de la fumé que nous aspirons », déclare Nassiratou Arobade, transformatrice de manioc à Adja-Ouèrè. Comme elle, toutes les participantes accueillent positivement l’initiative et la juge très instructive. Elles estiment être en mesure d’installer après cette visite du dispositif mit à leur disposition pour tous leurs travaux de transformation de manioc. :

Soulignons que le programme ACMA 2 accompagne les acteurs économiques agricoles de la chaîne de valeur manioc en renforçant leur capacité technique et matérielle e production et de transformation. Il bénéficie de l’appui financier de l’Ambassade des pays bas près le Bénin.

Jocelyne KOUKPOLIYI

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
%d blogueurs aiment cette page :

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité