Actualités

Bénin : Le plan directeur de la recherche agricole évalué après deux décennies d’activités

Les acteurs de la recherche scientifique agricole au niveau national sont réunis en atelier depuis ce 7 janvier à la salle de conférence de l’Institut national de la recherche agricole du Bénin (Inrab). Pendant deux jours d’assises, ces chercheurs issus de plusieurs pôles évaluent le Plan directeur de la Recherche agricole (Pdra), ceci après plus de deux décennies de mise en œuvre.

Recueillir les amendements et les contributions des acteurs du secteur agricole aux fins d’amélioration du rapport d’évaluation de la mise en œuvre du PDRA, tel est l’objectif visé par les acteurs de la recherche scientifique pour l’agriculture au Bénin réunis en atelier au siège de l’Inrab depuis ce jeudi. Cet exercice intervient après une longue période d’activités et d’initiatives inclusives au cours de laquelle la recherche scientifique a enregistré de grandes prouesses avec le soutien des partenaires techniques et financiers. Ce plan directeur qui a servi de boussole a favorisé la mise en place d’un cadre institutionnel tel qu’il est connu aujourd’hui avec la création des démembrements du Comité national de Recherche agricole, notamment le Comité sectoriel de Recherche et de Développement (CRSD), l’Inrab, et plus récemment le Système national des Recherches Agricoles. Cet exercice vient donc à point nommé pour Adolphe Adjanonhoun, le Directeur général de l’Institut. « L’existence d’une telle boussole ne saurait être une réalité sans l’évaluation du chemin parcouru par la recherche agricole nationale, de sa situation actuelle, de ses forces et faiblesses, de ses opportunités et menaces », a-t-il déclaré.

Ainsi, après un long chemin empreint de défis, plusieurs acteurs de la recherche scientifique agricole sont satisfaits des avancées notables enregistrées. « La première grande réussite c’est d’avoir amené les universitaires et l’Inrab à travailler autour des projets de recherche à travers le Cycle de gestion de la recherche agricole. Le second point fort c’est d’avoir procédé à la formation de beaucoup de chercheurs. Le troisième point fort est qu’on est parvenu à mettre en place un cadre institutionnel et à élaborer des programmes de recherche agricole », a déclaré Moïse Hounsou, directeur général honoraire de l’Inrab.

Photo de famille des acteurs du secteur agricole réunis à l’INRAB ce 07 janvier 2021

Saluant la qualité du travail abattu par le comité d’expert mis en place à cet effet, Françoise Komlan Assogba, Secrétaire générale du ministère de l’Agriculture, représentant le ministre de tutelle, a souligné la nécessité d’aboutir à des orientations stratégiques assorties d’objectifs. Dans ce sens, les grands axes issus du rapport d’évaluation sont déjà connus. À en croire Nestor Ahoyo Adjovi, Directeur scientifique à l’Inrab, elles concernent essentiellement la mise à disposition des ressources humaines pour rendre plus opérationnel et efficace le nouveau Plan national de la recherche agricole.

Notons que les assises prendront fin ce vendredi 8 janvier avec l’identification des axes clés pour alimenter le Plan stratégique de la recherche agricole qui sera bientôt rendu public.

Méchac AWOKOLOITO

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité
%d blogueurs aiment cette page :