agro-business

ACMA 2 : Des appuis de plus en plus bénéfiques pour les bénéficiaires

La mise en marché des produits agricoles devenant de plus en plus problématique pour nombre d’acteurs agricoles au Bénin, les effets du programme Approche Communale pour le Marché Agricole-phase 2 (ACMA 2) se font de plus en plus sentir sur les bénéficiaires. Selon des rapports basés sur une évaluation des résultats atteints conformément au PTA 2019 et sur l’étude comparative des interventions de la phase 1 et de la phase 2, ACMA a enregistré des chiffres qui montrent que ses appuis techniques et l’accompagnement offert aux bénéficiaires ont considérablement impacté leurs rendements.

Une lecture croisée du rapport d’étude relatif à l’évaluation des effets des interventions du Programme et du rapport analytique de l’exercice 2019 révèle que les fruits ont tenu la promesse des fleurs. Grâce aux appuis et accompagnements du programme les transformateurs, commerçants et producteurs ont désormais accès aux intrants spécifiques, aux infrastructures marchandes et aux crédits pour accroitre leurs productions

Dans les quatre départements d’intervention du programme (Ouémé, Plateau, Zou, Collines), la facilitation de l’accès au crédit agricole a connu un fort engouement de la part des cibles. On note un taux d’obtention de crédit allant jusqu’à 69% avec les femmes comme principales allocataires. Les chaines de valeurs ayant enregistré les forts taux de bénéficiaires sont le soja et le piment. Le soutien du programme dans ce cadre a impacté favorablement les montants, les durées et les taux d’intérêt greffés à ces crédits.

En ce qui concerne les formations, les acteurs de quatre filières principalement ont montré leur intérêt pour les dix formations déroulées à leur attention. Il s’agit des filières soja, manioc, palmier à huile et poisson. Tant pour les bénéficiaires que pour les non-bénéficiaires du programme, les questions d’intérêt étaient essentiellement la qualité des produits agricoles, les technologies post-récoltes, l’organisation pratique de la mise en marché et l’éducation financière.

Grâce à l’exploitation des Infrastructures Economiques et Marchandes (IEM), les revenus des exploitants ont considérablement accru, notamment dans les départements de l’Ouémé et du Plateau. Cela révèle surtout que cet axe d’intervention du programme ACMA 2 est l’une des solutions adéquates pour la transformation, la conservation et l’écoulement des produits agricoles.

Une infrastructure Economique et marchande construite par ACMA2 dans les Collines

L’opérationnalisation des systèmes de mise en marché collectif, s’est révélée lucrative au même titre que l’exploitation des IEM. Ici, ce sont le maïs, le palmier à huile et le piment qui ont enregistré des taux de croissance encourageants respectifs de 46,3 %, 34,3 % et 36,7 %. Ces chiffres ont considérablement impacté les indicateurs de performances avec des taux exceptionnels par endroits.

Des plafonds de performances explosés malgré les aléas

Les résultats reluisants accumulés à chaque niveau d’intervention du programme ACMA2 confirment que les acteurs de sa mise en œuvre se sont engagés pour l’atteinte des objectifs du programme. Et pour cause, les indicateurs relatifs au nombre de producteurs, transformateurs, commerçants impliqués à travers les PEA appuyés dans les chaines de valeurs développées, de même que ceux dont les revenus ont accrus dépassent largement les 100 %. Il en est de même des indicateurs liés à la valeur des produits agricoles ciblés qui sont commercialisés par les membres des PEA, au nombre d’acteurs économiques bénéficiaires du crédit intrants agricoles de qualité désagrégé par mécanisme de financement et par filière ainsi que celui des acteurs économiques des PEA qui s’approprient les NTIC, pour ne citer que ceux-là.

Certains indicateurs se sont par contre révélés négatifs principalement à cause des mesures protectionnistes engagées par le Nigéria il y a environ un an. La pandémie du COVID-19, intervenu plus récemment ajoute au défi de performance du programme. Quoique, les acteurs de sa mise en œuvre sont déjà à pied d’œuvre afin que des actions palliatives soient enclenchées pour en contrer les effets.

Les postulats de la théorie du changement établie en amont de l’exécution du programme ACMA 2 sont donc justifiés par ces éloquentes performances qui mettent l’accroissement des revenus des acteurs agricoles notamment les femmes et les jeunes au cœur de l’atteinte de son principal objectif qui est l’amélioration de la sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations.

Méchac Awokoloïto

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité
%d blogueurs aiment cette page :