Actualitésagro-businessElevagePêche

Bénin : La production de vivriers atteint 11 423 300 tonnes en 2019

Le ministre de l’Agriculture de l’élevage et de la pêche a procédé vendredi dernier au lancement officiel de la campagne agricole 2020-2021. Cette année, c’est la ferme ADJOVI de Cococodji dans la commune d’Abomey-Calavi, qui a abrité l’évènement en présence des représentants de l’ensemble des acteurs du secteur agricole. Occasion pour le ministre Gaston Dossouhoui de présenter un bilan plutôt reluisant de la campagne écoulée ainsi que les actions enclenchées pour soutenir l’agriculture malgré la crise.

Axée sur le thème « Accès des produits agricoles au marché : défis et stratégies », la campagne agricole 2020-2021 intervient dans un contexte sensible marqué par la crise sanitaire du COVID-19. L’impact de cette crise sur l’activité économique et particulièrement sur le secteur agricole, est inquiétant.

Dans son intervention, le ministre de l’Agriculture a fait un tour d’horizon sur les différents scores enregistrés dans tous les sous-secteurs de l’agriculture au cours de la campagne agricole 2019-2020. On note une hausse de 3,2 % dans la production vivrière qui passe de 11 070 900 tonnes en 2018 à 11 423 300 tonnes en 2019. Les principales cultures de rente ont réalisé leur boom avec respectivement pour le coton et l’anacarde, 712 000 tonnes et 130 300 tonnes contre 678 000 et 115 600 tonnes en 2018.

En ce qui concerne la production animale, les productions de viande, de lait et des œufs de table connaissent une nette progression. Quant à la production halieutique, on note une croissance encourageante de 24,7 % favorisée par les mesures d’assainissement et de réhabilitation des plans d’eau et d’appui au développement de la pisciculture. Toutefois, les défis qui s’annoncent requièrent une attention plus soutenue.

« Il faut vendre avant de produire »

D’après Gaston Dossouhoui, la campagne qui commence doit prendre une orientation nouvelle. Les perspectives globalement très optimistes pour la campagne agricole sont assombries par les présages peu prometteurs pour la production agricole et la sécurité alimentaire en raison de la pandémie du Coronavirus.

Les acteurs du secteur agricole lors du lancement de la campagne 2020-2021

Cependant, les acteurs du secteur ne se sentent pas désarmés. Une batterie de mesures est prise pour rester en phase avec le thème identifié pour la campagne 2020-2021. « Il faut vendre pour produire », a souligné Gaston Dossouhoui, mettant l’accent sur la nécessité d’améliorer de façon continue la productivité et de positionner les produits agricoles sur les marchés nationaux, régionaux et internationaux. Les mesures entreprises pour l’accès des produits agricoles sur le marché ont abouti à une adhésion des exploitations familiales et d’organisations professionnelles aux mécanismes de mise en marché. Il s’agit notamment du warrantage, du « bord champ », de la vente groupée.

Des mesures complémentaires pour booster l’agriculture malgré la pandémie du Covid-19

Afin de prévenir les impacts de la crise sanitaire, le Maep s’est engagé sur la piste de l’acquisition et la mise en place des intrants et la mobilisation des forces productives.

En appui à ces mesures, le responsable du portefeuille agricole a indiqué que d’autres initiatives sont en cours pour accompagner les petites et moyennes entreprises sur la conformité aux normes de qualités internationales, assurer l’appui-conseil aux acteurs des filières agricoles, faciliter l’accès aux semences et plants de qualité ainsi qu’aux autres intrants spécifiques, faciliter la disponibilité d’aliments de bétail et de poisson, renforcer l’accès à la mécanisation agricole adaptée.

Exprimant ses remerciements au partenaire, le ministre Gaston Dossouhoui a exhorté les acteurs du monde agricole à plus d’ardeur pour la campagne 2020-2021. « Nous devons travailler à couvrir nos besoins en produits alimentaires de base, diversifier nos exportations, créer des chaînes de valeur à nos produits agricoles et agroalimentaires de façon à mieux occuper les rayons des magasins et supermarchés en produits “made in Benin” », a-t-il souligné.

Méchac AWOKOLOÏTO

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité
%d blogueurs aiment cette page :