Actualités

Bénin : Le gouvernement déterminé à produire un million de tonnes de riz en deux saisons 

Le 6 avril dernier, le gouvernement dirigé par le président Patrice Talon a bouclé sa quatrième année de mandature. Au cours de l’émission dénommé « le Temps des moissons » consacré aux bilans des actions du pouvoir, Gaston Dossouhoui, ministre de l’Agriculture est revenu sur les avancées enregistrées dans le secteur. Rappelant les ambitions affichées depuis l’année dernière pour la production rizicole, le ministre évoque les actions enclenchées pour relever ce défi.

Il y a quelques mois, le gouvernement du président Patrice Talon évoquait son ambition de produire localement un million de tonnes de riz d’ici deux ans. Cette ambition qui parait utopique pour plus d’un est intervenue dans un contexte où le marché d’exportation le plus proche est devenu hostile en raison de la réexportation du riz étranger. Il faut dire que cette situation peu élogieuse a produit un déclic auprès des autorités béninoises. « Mais mon pays, le Bénin, taxé de pays réexportateur de riz deviendra un pays producteur et exportateur de riz. Il n’y a rien à faire. Ce n’est pas de la déclaration politique » soutient le ministre Dossouhoui avec fermeté et assurance au cours de l’émission. Cette assurance se fonde sur une batterie d’actions déjà en cours et dont le ministre fait mention.

« Ce que nous devons faire davantage sur le riz, c’est la transformation, le décorticage »

Malgré les mesures de plus en plus courageuses pour soutenir les acteurs du secteur, le Bénin est loin de satisfaire ses besoins par sa propre production. Face à cette réalité, le ministre pense qu’il faut concentrer les efforts sur la transformation du riz. « Ce que nous devons faire davantage sur le riz, c’est la transformation, le décorticage. Et au jour d’aujourd’hui, beaucoup d’ONG, l’État lui-même, aident les petites organisations de femmes transformatrices de riz à disposer de trieur optique. C’est à peine 20 à 30 millions » affirme-t-il.

Grâce à ces efforts, on note une amélioration dans la production et la qualité du riz local. Cependant, la consommation de riz par an par habitant avoisine les 30 kg et le riz local semble toujours plus cher que le riz importé. Cela oblige donc selon le ministre, a associé à ce premier axe, deux autres non moins essentiels.

Semences à bas prix, aménagement des basfonds, deux autres axes primordiaux d’intervention

Selon Gaston Dossouhoui, de 2016 à aujourd’hui, la production rizicole est passée de 216 000 à 407 000 tonnes au Bénin. Pour atteindre l’objectif d’un million de tonnes, les leviers d’interventions sont tous identifiés. Le premier consiste à mettre à la disposition des riziculteurs, des semences à bas prix. « Les producteurs de semences ont de quoi servir au moins 40 % de nos emblavures. Mais avec cette intersaison, on essaie de produire, de densifier pour avoir les 20 % complémentaire » informe-t-il. Les variétés d’intérêts sont essentiellement des riz naturellement parfumés, IR-285, l’Uri lisse 6 auxquels s’ajoutent les nérica 14, L-19 et L-20.

Le second axe d’intervention est l’aménagement des aires adaptées à la riziculture. Avec plus de 1125 ha en cours d’aménagement, Gaston Dossouhoui fait clin d’œil au bassin du Niger avec son fort potentiel. « Au niveau national, nous avons développé des initiatives, surtout dans la vallée du Niger, singulièrement à Karimama, où il n’est pas question de faire des aménagements trop coûteux » explique-t-il. Il ajoute par ailleurs que des approches de drainage des eaux sont en cours d’expérimentation pour contrer l’inondation des champs en période de crue.

Pour celui-ci, un million de tonnes de riz en deux saisons, ce n’est pas exagéré. « S’il n’y a pas de rêve, on ne peut pas faire de grandes choses. Nous devons rêver et rêver grand » affirme-t-il d’ailleurs. Et au vu des actions dont évoque le ministre, il n’est point de doute que le gouvernement de la rupture se dote des moyens de sa politique.

 Méchac Awokoloïto  

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité
%d blogueurs aiment cette page :