agro-business

ACMA 2/ Des producteurs d’huile de palme engagés à relever les défis de leur secteur

L’hôtel MB de Porto-Novo abrite depuis ce mardi sur l’initiative du programme Approche communale pour le Marché Agricole-phase 2 (ACMA 2), un atelier bilan des activités de warrantage de l’huile de palme effectuées en 2019 dans les départements de l’Ouémé et du Plateau. Heure d’auto-évaluation et de projection pour les participants, ceux-ci le consacre à identifier les defis à relever dans leur secteur suites aux difficultés rencontrées au cours de la campagne écoulée.

Dans la dynamique d’assurer à ses bénéficiaires producteurs et transformateurs de produits agricoles la disponibilité en tant réelle de ressources financières, le Programme ACMA 2 a entrepris leur initiation au warrantage. Ainsi, depuis trois ans, plusieurs acteurs des chaînes de valeurs maïs, soja et huile de palme bénéficient d’un accompagnement et d’un suivi rigoureux en vue de la réussite de cet exercice. L’atelier à laquelle participent acteurs de Pôle d’Entreprise agricole de l’huile de palme des départements de l’Ouémé et du Plateau, représentants des Structures financières décentralisées partenaires, des agents des directions départementales de l’agriculture de l’élevage et de la pêche ainsi que les chefs cellules communales des ATDA pôle 7 vise à capitaliser les acquis de la campagne 2019 de warrantage de l’huile de palme afin de mieux préparer celle à venir. « De façon spécifique, il s’agira d’offrir un espace aux acteurs pour qu’ils puissent présenter leurs résultats, partager les expériences que chaque PEA a eues, tirer leçon de leur propre expérience et apprendre des expériences des autres. » explique Rassidatou Moustafa, spécialiste du warrantage du programme ACMA 2. Cette initiative vient donc a point nommée, car les défis pour la campagne à venir sont considérables.

Les producteurs d’huile de palme plus optimiste face aux défis

La campagne de warrantage écoulée aura été des plus rudes pour les producteurs d’huile de palme. En effet, suite à la fermeture des portes du Nigéria, principal débouché de cette spéculation agricole, le prix de l’huile de palme sur le marché est en chute libre. Cette situation devient de plus en plus inquiétante pour certains producteurs qui se trouvent au supplice en raison des stocks invendus et des crédits contractés auprès des agences de micro crédits. Exprimant donc leur attente au terme de l’atelier, ceux ont manifesté un grand intérêt à relever les défis qu’ils ont identifiés. Il s’agit principalement de l’écoulement des stocks restants, de l’identification d’autres marchés d’écoulement et la diversification de la chaîne de valeur de l’huile de palme à travers la raffinerie et la cosmétique, Face à ces défis, les acteurs PEA des départements se montrent très optimistes et entendent mener les activités qu’il faut afin que le palmier à huile reprenne du poil de la bête. C’est d’ailleurs pourquoi ils s’engagent à tirer le plein profit cet atelier qui prend fin le jeudi prochain.

Méchac AWOKOLOïTO 

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité
%d blogueurs aiment cette page :