agro-business

ACMA 2 : Tazelaar Birgitta satisfaite de l’efficacité des interventions du programme

Les mareyeuses et pisciculteurs réunis au sein du Pôle d’entreprise agricole-Poisson de l’arrondissement de Mèdédjonou dans la commune d’Adjarra ont reçu vendredi dernier, une hôte de marque. Il s’agit de Tazelaar Birgitta, Vice-ministre de Coopération internationale des Pays-Bas accompagnée par une délégation du programme Approche Communale pour le Marché Agricole(ACMA2). Celle-ci est venue toucher du doigt les réalités du centre de regroupement et de commercialisation du poisson ainsi que son impact sur les conditions de ses exploitants.

Le programme ACMA 2 démarre l’exercice de 2020 sur des chapeaux de roue. Alors que cette 2ème phase du programme tire progressivement vers sa fin, le gouvernement des Pays-Bas, principal bailleur financier multiplie les missions d’évaluation des impacts du programme qui à chaque fois se solde sur une note positive. À travers cette visite, Tazelaar Birgitta a eu l’occasion de voir et d’apprécier de près ce joyau qui vient non seulement combler l’inexistence d’infrastructures économiques et marchandes de cette envergure dans la commune d’Adjarra, mais aussi révolutionner le fumage du poisson et améliorer les relations commerciales entre les acteurs de la filière.

Ainsi, la délégation a d’abord rendu une visite de courtoisie au maire Michel Honga qui n’a pas manqué, lors de l’audience, d’exprimer toute sa gratitude au royaume des Pays-Bas pour ses interventions favorables à l’économie locale et au bien-être des communautés rurales. « Les femmes exploitants ce centre aujourd’hui se frottent les mains parce qu’elles ont de quoi engranger des ressources pour subvenir à leurs besoins et à ceux de leur famille » a-t-il déclaré.

La délégation a ensuite mis le cap sur le centre de regroupement et de commercialisation de poisson où un groupement de femmes et de pisciculteurs bénéficiaires et exploitants de l’infrastructure, ont accueilli l’hôte avec des chants et slogans en l’honneur des prouesses du programme ACMA2 et des Pays-Bas dans la commune.

Tazelaar Birgitta, Vice-ministre de Coopération internationale des Pays-Bas au milieu des femmes mareyeuses et des pisciculteurs

Un centre moderne et salvateur pour le PEA Poisson.

D’un montant total de cent sept millions cinq cent quarante-cinq mille six cent cinquante-trois (107 545 653) francs CFA, le joyau mis en service depuis un an est installé sur un terrain de 3 432 m2. C’est un complexe composé d’un magasin de stockage, d’une paillote polyvalente, d’un hangar de fumage doté de deux fours modernes, de six bassins piscicoles, d’un bassin de récupération d’eaux usées, d’un bloc administratif, d’un comptoir de vente, d’une guérite et des toilettes modernes.

Objet de la fierté des mareyeuses et pisciculteurs de la localité, ces derniers n’ont pas manqué d’exprimer leur reconnaissance à la Vice-ministre de Coopération internationale des Pays-Bas. D’abord l’Union communale des coopératives villageoises et Pisciculteurs  (UComCVP) d’Adjarra, à travers son président Albert Akovobahou puis Isabelle Kouévi, porte-parole des femmes. Selon cette dernière, le travail est désormais moins contraignant, le poisson de meilleure qualité et les revenus plus considérables. L’hôte quant à elle est repartie avec des impressions positives. « Ce qui est important, c’est que le projet devienne durable et cela veut dire qu’on doit travailler ensemble pour que le projet soit durable et n’ait plus besoin de fonds extérieurs », a souligné Tazelaar Birgitta tout en souhaitant que les communes s’investissent pour pérenniser ces acquis.

Méchac AWOKOLOITO

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité
%d blogueurs aiment cette page :