AfriqueEnvironnement

Alerte rouge climat : L’ambitieux « Green Deal » d’Ursula von der Leyen convaincra-t-il le parlement européen ?

La réduction des émissions de carbone en vue d’assurer une longévité à la planète est un impératif pour toutes les puissances industrielles. À travers le « Green deal » initié par Ursula Von der Leyen, présidente de la commission de l’Union européenne et qui sera soumis au vote à la prochaine session du parlement européen vise à parvenir à la neutralité carbone à l’horizon 2050. Sera-t-il du gout des députés ou encore est-ce de la poudre aux yeux ?

Les systèmes climatiques de la planète subissent des changements qui présagent d’un avenir désastreux. Sur l’évidence de la multiplication des points de basculement, la hausse des températures terrestres et du niveau de la mer et l’inhabitabilité de certaines zones de la terre dans les prochaines décennies, les pronostics des scientifiques sont très alarmants.

Selon un rapport publié par l’Organisation des Nations unies le 26 novembre dernier, les émissions mondiales croissantes de carbone doivent être réduites de 7,6 % par an jusqu’en 2030, pour permettre à la planète d’être moins proche de la ligne rouge. Le pacte européen appelé “Green Deal”, que propose l’Allemande Ursula Von der Leyen, nouvelle présidente de la Commission européenne, est plus ambitieux. Cette loi qui sera discuté dès le 12 décembre au cours de la session du parlement européen qui s’ouvre à Bruxelles le décembre, prévoit la diminution des émissions de carbone à 50 voire 55 % d’ici une décennie. Ceci pour parvenir à la neutralité carbone d’ici 2050.

Cet objectif est très ambitieux surtout au vu du vaste plan d’action pensé par Ursula Von der Leyen et son équipe. Quand bien même il intervient dans un contexte de préparation de la COP 26, elle ne semble pas très réaliste étant donné que l’UE a un retard relativement à un plan intégral de l’objectif de baisse des gaz à effets de serre à l’horizon 2030 selon les exhortations des Nations unies. Est-ce là déjà une esquisse du plan ?

Au sein même de la Commission européenne, des députés soutiennent que ce plan devrait encore être plus réaliste en termes de délai (réduire les émissions de carbone à 55 % d’ici 2030 au lieu de 40 % selon Pascal Canfin, Président de la commission de l’environnement au parlement européen). Si ces ambitions sont de nature à rendre plus optimistes les scientifiques, le vaste programme d’action proposé par la Présidente de la Commission européenne bénéficiera-t-il d’un accompagnement politique de la part des États ? Cette interrogation ne trouvera sa réponse que dans la décennie à venir si tant est que ce “Green Deal” passe l’étape du vote.

Méchac AWOKOLOÏTO

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité
%d blogueurs aiment cette page :