agro-business

ACMA 2 : Une délégation néerlandaise apprécie l’efficacité du programme dans l’Ouémé et le plateau

D’une visite à une autre, on pourrait dire que le programme Acma entre dans la plus haute estime du peuple néerlandais. Ce mardi, les centres de fumage de poisson de Gbagla Ganfan dans la commune d’Avrankou et le centre de regroupement et de commercialisation de l’huile de palme de Sakété ont accueilli une douzaine de visiteurs venue des Pays-Bas. Une forte représentation diplomatique venue constater la tangibilité des interventions du programme au Bénin.

Deuxième visites d’infrastructures en moins de trois semaines, il n’est plus de doute que les questions de développement rurales ont de l’importance pour les Pays Bas.  Dirigée par Carmen Hagenaars, la délégation composée essentiellement d’experts en climat, eau et sécurité alimentaire du ministère néerlandais des affaires étrangères et des représentations diplomatiques de la sous-région est venue s’assurer des réalisations concrètes du programme ACMA, jauger l’efficacité des interventions du programme et surtout de s’inspirer des réussites afin d’éventuellement les reproduire dans leur pays d’origine.

La délégation néerlandaise avec les femmes au centre de fumage de poisson de Gbagla Ganfan dans la commune d’Avrankou

Ainsi, sur chacun des sites visités, la délégation a été chaleureusement accueillie par des bénéficiaires venus nombreux. Elle a eu ensuite droit à un exposé sur le mode d’organisation des acteurs agricoles, les technologies et infrastructures modernes construites et surtout les différentes étapes de production qui respectent les normes hygiéniques et sanitaires. Selon la cheffe de la délégation, c’est la durabilité des infrastructures qui leur tient à cœur. Elle confie par ailleurs avoir été séduite par l’accroissement de la productivité et l’implication des populations rurales surtout des femmes. Carmen Hagenaars pense que les activités pourraient connaître une plus grande envergure avec un plus grand accompagnement, une question qui à l’en croire fera l’objet d’une assise prochaine.

L’enthousiasme ainsi que l’intérêt affiché par la délégation permet donc d’envisager une prochaine année budgétaire laborieuse pour le programme ACMA 2 et pourquoi pas, d’espérer une phase 3 pour le programme. En tout cas, cela n’enchantera davantage que les bénéficiaires déjà heureux.

 

Méchac Awokoloïto

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité
%d blogueurs aiment cette page :