Afriqueagro-business

Fermeture des frontières du Nigéria : une opportunité pour les produits d’origine béninois selon Mathias Ahounou

Dans son ambition de conquérir le marché du Nigéria pour l’écoulement des produits agricoles de ses bénéficiaires, le programme Acma 2 a entrepris des démarches auprès des autorités de ce pays, qui portent peu à peu leurs fruits. Mais depuis quelques semaines, le Nigéria a fermé ses frontières avec le Bénin. Une situation pour le moins inquiétante pour les bénéficiaires mais qui peut être une opportunité selon  Mathias Dotou Ahounou, Chargé de l’entrepreneuriat et de l’Agrobusiness du programme ACMA2.

Ils sont nombreux ces agriculteurs qui voient leur salut dans le programme Acma 2. Gràace à l’accompagnement, le renforcement des capacités et les appuis du programme, ces producteurs mettent sur le marché nigérian des produits de qualité qui ont commencé réellement à convaincre les consommateurs.  En témoignent la récente visite d’une délégation d’opérateurs économiques de l’état d’Ogoun sur les installations du programme dans les départements du Zou, de l’Ouémé et du Plateau ainsi que les volumes croissants de demandes enregistrées par les bénéficiaires. Devenu méfiant face aux produits importés sur son territoire depuis le Bénin, le Nigéria a fermé ses frontières depuis quelques semaines. Face à cette situation, Mathias Dotou Ahounou, Chargé de l’entrepreneuriat et de l’Agrobusiness pense que les bénéficiaires du programme ne devraient pas s’inquiéter. « Cela constitue plus une opportunité pour ACMA et non une contrainte dans la mesure où le Nigéria ne refuse pas les produits d’origine béninois. C’est beaucoup plus les produits qui viennent de Thaïlande ou de Chine qui vont sur leur territoire qu’ils refusent » explique-t-il.

Selon ses propos, c’est la formule que le Nigéria a trouvée pour protéger son marché intérieur mais  visiblement, le programme Acma 2 a des arguments de taille pour initier des discussions avec les autorités nigérianes au moment opportun. Selon Mathias Ahounou, le pays ne ferait pas obstacle au principe de la libre circulation des biens et des personnes instauré par la CEDEAO. « En son temps, on fera le nécessaire, faire des plaidoyers pour que tous les produits sur lesquels Acma intervient aillent sur le marché du Nigéria sans problème. » rassure le spécialiste l’entrepreneuriat et de l’Agrobusiness. Ainsi, les bénéficiaires ne seront pas abandonnés à leur sort. « Nous allons les accompagner dans ce processus pour qu’au moment où les frontières seront ouvertes, ils puissent suffisamment profiter de cette opportunité. »  a-t-il ajouté.

Méchac AWOKOLOïTO

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité