Non classé

Sécurité alimentaire : Le Zimbabwe restreint le marché d’écoulement à ses producteurs

Pour résorber le problème de l’insécurité alimentaire, le gouvernement du Zimbabwe a interdit à ses producteurs de maïs de livrer leur production hors des limites du territoire du pays. Désormais ces récoltes doivent être livrées à l’Office de commercialisation des céréales (GMB). Tout producteur contrevenant à cette décision s’exposerait à des sanctions judiciaires.

Cette décision du gouvernement zimbabwéen vise essentiellement à contrôler le marché intérieur du maïs en réponse au déficit causé par la sècheresse dans le pays. Ainsi, tous les producteurs de maïs ne peuvent plus chercher des marchés d’écoulement de leur récolte hors du pays. Ils devront le livrer désormais à l’office de commercialisation des céréales (GMB), un organisme public chargé auparavant de constituer des réserves stratégiques pour le pays et donc était un acheteur résiduel. Il lui revient exclusivement de confier les réserves à des meuniers.

Il est également interdit aux producteurs de transporter plus de deux cent cinquante (250) kg d’un endroit à un autre. Le gouvernement entend punir toutes les personnes qui violeraient ces dispositions d’une peine de 2 ans d’emprisonnement, à la saisie de toute la cargaison ou au paiement d’une amende allant jusqu’au triple de la valeur de la cargaison saisie.

Ces mesures n’ont pas laissé indifférent certains experts. À en croire leur analyse, ces dispositions pourraient ouvrir la porte à l’éclosion d’un marché noir du maïs ou à un déficit qui obligerait l’office à laisser le maïs à un prix subventionné.

Méchac AWOKOLÏTO

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité