Le Redad et Sojagnon honorent deux chercheurs du SNRA

1 mois déjà

Conscients de l’importance et l’utilité de la recherche dans le développement et la vitalité de l’agriculture au Bénin, les ONG, Organisation des Producteurs Agricoles (OPA), des membres individuels comme des Scientifiques/chercheurs réunis au sein du REDAD (Réseau du Développement de l’Agriculture Durable) et l’association SOJAGNON une organisation thématique de la filière soja du Bénin, ont décidé d’honorer deux chercheurs du Système National de Recherche Agricole (SNRA). Il s’agit des professeurs Joseph Hounhouigan et Adolphe Adjanohoun qui ont reçu une distinction ce mercredi 12 juin.

Passionnées de l’agriculture, ces deux universitaires ont consacré leur vie à la recherche agricole avec respectivement 200 et 164 études et publications scientifiques. Le Redad et ses partenaires ont pu toucher près de trois millions de béninois avec les résultats des travaux de ces experts scientifiques. « A travers cette cérémonie ce soir, l’association SOJAGNON, REDAD et leurs partenaires veulent vous témoigner leur reconnaissance et leur gratitude pour vos contributions éminentes au rayonnement de leur structure et pour votre engagement sans relâche en faveur du Système National de Recherche Agricole » a confié Patrice Sewadé, coordonnateur du REDAD et président de l’association SOJAGNON.

A lire : Bénin: Le REDAD et plusieurs ONGs signent un accord-cadre avec l’Etat

En effet, les récipiendaires ont grandement contribué aux recherches scientifiques sur les différentes spéculations agricoles du Bénin notamment les oléagineux et autres cultures vivrières. L’un deux, en l’occurrence  Adolphe Adjanohoun est d’ailleurs à juste titre le directeur de l’Institut National de la Recherche Agricole du Bénin (INRAB).

Pour le ministre de l’agriculture Gaston Dossouhoui, cette distinction décernée par les acteurs non étatiques du secteur agricole à ces deux chercheurs (complice du développement, ndlr), est la preuve que leurs œuvres ont véritablement impacté le secteur au-delà de la moyenne car dit-il « il y a beaucoup de mérites non reconnus au sein des chercheurs ». Occasion pour lui de rappeler l’urgence pour le Bénin se tourner vers des recherches appliquées afin de développer les filières agricole en améliorant les techniques de production.

 

André TOKPON

André Tokpon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *