Sécurité alimentaire en Afrique de l’Ouest : Le CILSS et ses partenaires optimistes

3 mois déjà

L’espoir est permis malgré les conflits et les poches de sécheresses. Tel est l’expression qui se dégage de la concertation régionale sur la situation alimentaire et nutritionnelle au Sahel et en Afrique de l’Ouest, tenue à Cotonou du 27 au 29 mars 2019. Sous l’égide du Comité permanent Inter-Etats de Lutte contre la Sècheresse dans le Sahel (CILSS) et de ses partenaires, les experts et les acteurs secteur agricole réunis au sein du dispositif régional de veille sur les crises (PREGEC), se sont penchés sur les résultats définitifs de la campagne agricole 2018-2019 pour examiner l’évolution de la situation alimentaire et nutritionnelle afin de prévenir les risques d’aggravation de l’insécurité alimentaire et nutritionnelle qui prévaut dans certaines zones du sahel et de l’Afrique de l’Ouest.

De cette concertation de Cotonou, il ressort que 4,5 à 9 millions de personnes sont vulnérables dans la sous-région malgré une hausse des productions agricoles. La situation pastorale est caractérisée par la disponibilité des ressources pastorales difficilement accessible notamment dans certaines zones du Niger, du Burkina Faso et du Mali où sévit l’insécurité civile. Néanmoins, les productions céréalières affichent une hausse de 6,6% par rapport à la campagne précédente et s’élèvent à 73,2 millions de tonnes, tandis que les productions de tubercules ; des légumineuses et oléagineux s’établissent respectivement à 185 millions de tonnes et 26,4 millions de tonnes.

Afrique de l’Ouest : La sécurité alimentaire et nutritionnelle en débat à Cotonou

Nonobstant les poches de sécheresse et les conflits, que connaissent l’Afrique de l’Ouest et le Sahel, les marchés agricoles sont dans l’ensemble bien approvisionnés a déclaré Dime Adoum, secrétaire exécutif du CILSS. Il a toutefois rappelé que l’une des recommandations fortes de ces assises de Cotonou à l’endroit des Etats membres du CILSS, est de renforcer les mesures appropriées pour mettre fin à la résurgence des conflits communautaires qui dégradent davantage les moyens d’existence des populations des zones affectées.

Procédant à la clôture des travaux, Gaston Dossouhoui, ministre de l’agriculture de l’élevage et de la pêche du Bénin a tenu à rassurer les uns et les autres que « le gouvernement de la République du Bénin et les décideurs politiques des autres pays du CILSS, de la CEDEAO et de l’UEMOA examineront les recommandations avec la plus grande attention et veilleront à leur mise en œuvre diligente, dans le souci de faire reculer les frontières de l’insécurité alimentaire et celles de malnutrition ».

Karité 2019: Dévoiler la valeur du karité

« Les tendances globalement positives observées au niveau des productions agricoles, aussi bien pour les céréales, que pour les tubercules, sont pour nous des motifs de joie. Toutefois, nous ne cesserons de rester très attentifs à la situation sécuritaire qui se dégrade davantage dans le Sahel et qui appelle la solidarité manifeste de tous nos pays pour y faire face. Il en est de même de la situation nutritionnelle qui demeure préoccupante dans notre région Sahel et Afrique de l’Ouest, depuis plusieurs années » a dit le ministre Gaston Dossouhoui.

 

André TOKPON

André Tokpon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *