Afrique de l’Ouest : La sécurité alimentaire et nutritionnelle en débat à Cotonou

3 mois déjà

Face aux effets sans cesse croissants des changements climatiques, les pays africains font face à d’énormes défis pour asseoir une agriculture durable et capable de leur permettre d’atteindre la sécurité alimentaire et nutritionnelle. Malgré les difficultés, les Etats s’organisent et se donnent la main afin de trouver les solutions adéquates. C’est dans cette perspective que le Comité permanent Inter-Etats de Lutte contre la Sècheresse dans le Sahel (CILSS) organise à Cotonou depuis ce mercredi 27 mars, un atelier de concertation du dispositif régional de veille sur les crises (PREGEC).

Ces assises de Cotonou qui font suite à celles d’Abidjan et aux missions d’évaluation rapide des marchés de même que les ateliers nationaux d’analyse avec le cadre harmonisé des 17 pays membres du CILSS,   permettront aux experts et aux acteurs du secteur agricole de la sous-région de Valider les résultats définitifs de la campagne agricole 2018-2019 et examiner l’évolution de la situation alimentaire et nutritionnelle afin de prévenir les risques d’aggravation de l’insécurité alimentaire et nutritionnelle qui prévaut dans certaines zones du sahel et de l’Afrique de l’Ouest.

Les participants au cours de l’atelier de concertation de Cotonou, ce 27 mars 2019

« Vous seriez en mesure d’actualiser la situation alimentaire et nutritionnelle dans un contexte marqué par une exacerbation des conflits communautaires » a lancé Mahalmoudou Hamadoun, représentant du secrétaire exécutif du CILSS, aux participants. Selon ses propos, les travaux  de Cotonou permettront de fournir un avis motivé sur les productions agricoles définitives et sur la situation alimentaire et nutritionnelle pour les prochains mois. De précieuses informations dont disposeront les décideurs en vue d’une meilleure gestion de la sécurité alimentaire et nutritionnelle au Sahel et en Afrique de l’Ouest.

Bénin : Vers le renforcement du système d’alerte précoce des crises alimentaires et nutritionnelles

Procédant à l’ouverture officielle des travaux, Bienvenu Kouakannou, directeur de cabinet du ministre de l’agriculture du Bénin a dit toute son appréhension par rapport à la tâche qui incombe aux participants durant les trois jours de concertation. Néanmoins, il se veut rassurer du sens d’engagement de tous les acteurs. « Ces appuis (des partenaires, ndlr), couplés avec notre ferme volonté de vaincre la fatalité, permettront à coup sûr à notre dispositif régional de répondre aux préoccupations exprimées par l’ensemble des parties prenantes du réseau de prévention des crises alimentaires en vue de garantir une sécurité alimentaire et nutritionnelle durable dans un contexte de changement climatique et de résurgence de l’insécurité.

 

André Tokpon

André Tokpon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *