ActualitésAfrique

FARA : Le Bénin s’engage dans l’agenda scientifique pour l’agriculture en Afrique

Élaboré pour aider les pays africains à concrétiser les engagements pris à Malabo en 2014, l’agenda Scientifique mis en œuvre par le ‘’Forum pour la Recherche Agricole en Afrique (FARA), permet à ses bénéficiaires d’accroître la productivité de leur agriculture par la science. Le Bénin par le biais du ministre de l’Agriculture de l’Élevage et de la Pêche a signé ce vendredi 11 mai 2018, la convention cadre de cet agenda devenant ainsi, le 6è pays engagé dans l’agenda scientifique pour l’agriculture en Afrique.

DSC_0437
Le ministre de l’agriculture Gaston Dossouhoui signant la convention sous le regard avisé de Dr Irène Annor-Frempong directrice de la Recherche et de l’Innovation du FARA

En prenant l’engagement en 2003 à Maputo de consacrer 10% de leur PIB au développement du secteur agricole, les pays membres de l’Union Africaine avaient conscience du rôle majeur que jouera la science dans ce processus de développement agricole. C’est d’ailleurs ce qui a poussé les chefs d’Etas africains à ratifié en 2014 à Malabo, le programme scientifique pour l’agriculture comme le cadre de la stratégie accélérée de la croissance agricole sur le continent. Ce faisant, ils ont exprimé clairement l’importance d’approfondir l’application de la science comme moyen le plus rapide d’atteindre un grand nombre des sept engagement pris à Malabo en l’occurrence les objectifs 3 et 4 qui consistent à mettre fin à la faim et à réduire de moitié la pauvreté sur le continent à l’horizon 2025.

Désigné comme maître d’ouvrage de cette nouvelle politique, le FARA a donc élaboré un agenda scientifique afin d’aider les pays à concrétiser leurs engagements en s’appuyant sur la recherche et l’innovation technologique. Après donc le Rwanda, le Sénégal, le Malawi, le Ghana et l’Egypte, le Bénin devient le 6è pays a signé la convention de mise en œuvre de l’agenda scientifique. Pour Dr Irène Annor-Frempong directrice de la Recherche et de l’Innovation du FARA, le Bénin vient de faire un grand pas vers l’atteinte des sept engagements de Malabo. Alors que le pays a reconnu comme étant sur la bonne voie par le département Économie Rurale et Agriculture de l’Union Africaine puisqu’ayant déjà réalisé trois des sept engagements, l’agenda permettra aux Bénin de bénéficier des ressources mobiliser par le FARA afin d’atteindre lesdits objectifs.

DSC_0442
Le ministre échangeant les documents signés avec son hôte

Plus concrètement explique Madame Annor-Frempong, il s’agira pour le FARA de faire le plaidoyer auprès des bailleurs de fonds afin d’obtenir des financements qui s’alignent sur les besoins spécifiques du Bénin. Ce qui permettra d’accroitre l’investissement dans la recherche et l’innovation technologique au Bénin. En se basant sur les expériences acquises de la mise en œuvre de l’agenda dans les cinq autres pays, le FARA appuiera les institutions spécialisées du pays et veillera à leur connexion avec leurs homologues de la sous-région ouest africaine et du continent, voire de l’occident. Aussi, le Bénin verra ses priorités et ses structures de recherche agricole alignées sur les projets conduits par le FARA et ses partenaires tels que PARI, PAEPARD, Taat et AARP.

Le  ministre de l’Agriculture de l’Elevage et de la Pêche s’est réjoui de ce partenariat avec le FARA avant de laisser entendre que la transformation de l’agriculture béninoise passe nécessairement par l’introduction des avancées technologiques dans le processus de production et de transformation. « Il n’y a pas de raison de ne pas s’engager dans ce partenariat » s’est exclamé le ministre Gaston Dossouhoui conscient de l’apport qualitatif de l’agenda scientifique au Bénin.

DSC_0422
Le coordonnateur national du Renova Patrice Sèwadé, présentant la convention au ministre de l’agriculture

Pour cette signature de convention, le ministre de l’agriculture et la directrice de la Recherche et de l’Innovation du FARA avaient à leur côté, Patrice Sèwadé,  président du Réseau national des Ong actives dans l’agriculture durable au Bénin (Renova) qui sera l’un des bras armés de l’application de l’agenda scientifique au Bénin.

André Tokpon

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité